Ravi de vous voir de retour ! Il s’agit du dernier des trois blogs BONUS sur la gestion de projet dans un environnement virtuel. Si vous avez manqué les deux précédents ou si vous souhaitez les revoir, cliquez ici pour la première partie et ici pour la deuxième partie.
Les informations sont une nouvelle fois présentées sous forme de liste à puces :

  • Soyez le meilleur ami des membres de votre équipe. Même si vous ne les aimez pas ou inversement. Le fait de ne pas aimer quelqu’un est souvent lié aux situations de travail, à la pression exercée par la hiérarchie, au stress, aux charges de travail trop importantes, au manque de ressources etc. Essayez de trouver un moyen de comprendre le vrai problème qui crée la mauvaise ambiance. Le fait de comprendre le problème aidera déjà beaucoup. Si vous pouvez (aider à) résoudre le problème, vous aurez un nouvel ami. :-)
  • Comprenez les contraintes des membres de votre équipe pour qu’ils soient en mesure d’effectuer leur travail. En cas de problème, faites-leur comprendre que vous êtes là pour les aider. L’escalade des problèmes est positive, donc aidez-les. Surtout si le problème doit faire l’objet d’une escalade dans leur hiérarchie, vous devrez peut-être établir un sentiment de confiance et de compréhension. Dans certains cas, vous devrez les aider à préparer le terrain pour le faire. Découvrez les facteurs qui vous permettront de faire remonter le problème pour eux.
  • Célébrez les réussites ! Mettez les membres de votre équipe à l’honneur pour les objectifs atteints, même les plus modestes. La célébration de réussites s’accompagne de compassion pour les moments difficiles que les personnes ont dû traverser afin d’atteindre l’objectif. Indiquez cela également !
  • Prévoyez régulièrement des entretiens individuels avec les membres de votre équipe ou appelez-les. Surtout si vous ne les connaissez pas très bien. Encore une fois, comprenez leurs problèmes ; travaillez avec eux, pas contre eux.
  • Si, contre toute attente, les choses ne se déroulent pas comme prévu, envisagez de parler des problèmes à vos supérieurs et discutez-en avec votre équipe avant de le faire. Les escalades doivent être constructives et aider l’équipe et le projet à progresser. Il ne s’agit pas d’une sanction pour le manque de temps de certains membres de l’équipe (par exemple). Lorsque le besoin d’escalade est abordé, généralement, soit l’équipe approuve l’escalade et devient par conséquent très efficace à l’égard de l’objectif que vous visez et de la cohérence d’équipe, soit, mieux encore, le besoin disparaît comme neige au soleil. :-)

Voici une citation d’un lauréat du prix Nobel de la paix que je trouve très perspicace et utile en ce qui concerne les situations relationnelles stressantes : « Les forces que vous devez affronter renforcent la détermination et la force intérieure. Nous pouvons ainsi prendre conscience de l’inanité de la colère. Elles nous apprennent aussi à respecter et à chérir les perturbateurs, car les épreuves dans lesquelles ils nous entraînent nous offrent des occasions inestimables de cultiver la tolérance et la patience » (traduction). Prenez du temps pour y réfléchir. Ces qualités ne sont pas nécessairement faciles à cultiver, mais je trouve ce point de vue très intéressant. ;-)

Comment pouvons-nous résumer toutes ces idées ?

En gros, mon message est que tout est question de relations humaines. Tant que les relations sont bonnes, les prestations du projet seront effectuées. Peut-être pas en respectant les délais ou le budget (bien que la plupart du temps, vous arriverez à respecter ces deux conditions fondamentales), mais au moins les résultats sont là, les attentes appropriées ont été définies et ajustées au besoin et l’équipe peut célébrer sa réussite. Avec un peu de chance, l’équipe sera impatiente de vous avoir comme chef de projet la prochaine fois.

Profitez, amusez-vous, soyez heureux !

 

Si vous aimez cet article, vous voudrez peut-être aussi lire mes autres publications. Alors, suivez-moi sur Twitter @OscarBatDell ou sur @DellConsulting.